Brezhoneg ha Plijadur !

Brezhoneg ha Plijadur !

Accueil > fr > Les amis de la Redadeg > Projet Kamishibaï : avenir du projet soutenu en 2014

Projet Kamishibaï : avenir du projet soutenu en 2014

jeudi 19 octobre 2017

Raktres KAMISHIBAI : MERVENT, KLT, SKED, AN OALED

Le contexte : l’initiation au breton
Le Conseil Départemental du Finistère a la volonté depuis plusieurs années de donner un nouvel élan à l’enseignement du breton pour le rendre accessible à un public scolaire monolingue.
4 associations encadrées par l’Inspection Académique (Sked, Mervent, KLT et An Oaled) interviennent sur ce schéma départemental dans les écoles publiques qui souhaitent une initiation au breton et à la culture bretonne de la maternelle au CM2. L’action touche environ 8000 élèves chaque année, encadrés par une trentaine de salariés d’association.
Le but de l’initiation n’est pas de faire de ces élèves de parfaits bretonnants mais de les ouvrir à leur environnement et de mieux comprendre l’impact de la langue au quotidien : dans les noms de famille, les noms de lieu, les liens avec les anciens et les rencontres avec des bretonnants, les légendes locales...
Différentes thématiques sont abordées dans les écoles tout au long de l’année : les couleurs, le corps, les vêtements, les animaux, la maison, la campagne, la nourriture...

Répondre à un manque
Les rencontres pédagogiques entre les 4 associations concernées par le projet ont mis en relief un manque de matériel pédagogique. Il nous a semblé important de pouvoir clore nos interventions par un moment convivial et collectif associant le plaisir à l’apprentissage. S’est fait jour le manque de livres jeunesse en breton qui correspondent à nos apprentissages. Notre choix s’est porté sur le kamishibaï qui, par sa taille, son mode de manipulation et son intérêt pédagogique s’adapte parfaitement à notre pédagogie face au groupe-classe…

Le Kamishibaï
Le kamishibaï – aussi appelé théâtre d’images – est une technique de contage d’origine japonaise basée sur des images qu’un adulte fait défiler dans un castelet (ou butaï) en bois à trois portes. Le « fondu-enchaîné » provoque des émotions différentes d’un livre que l’on ouvre page après page. La concentration qui se lit sur les visages des enfants montre à quel point ils sont capables d’entrer dans un monde imaginaire riche et d’écouter un texte dans une langue nouvelle.
Le butaï (castelet) est en bois, à l’aspect d’une petite valise. Le montant antérieur (côté public) est fermé par trois portes que le conteur ouvre successivement au début de sa prestation pour montrer la première planche illustrée au public. Après avoir lu le texte correspondant à la première planche, le conteur la fait glisser et la place à l’arrière de la glissière, le public découvre ainsi la deuxième planche et ainsi de suite.

Kamishibai

L’édition et le kamishibaï
Le monde de l’édition propose quelques kamishibaï mais les thèmes abordés ou la complexité du texte n’en font pas une matière exploitable pour notre initiation. C’est pourquoi nous avons sélectionné avec l’aide précieuse de la médiathèque de Brest, 26 livres qui, outre leurs qualités graphiques, correspondent à nos apprentissages ainsi qu’à notre éventail d’âges.

Le projet
26 livres pour enfants ont été sélectionnés. Chacune des 4 associations disposera de 2 jeux complets de ces 26 livres-kamishibaï et 2 autres jeux seront mis à la disposition de la Médiathèque de Brest .

Les droits d’auteur
Nous avons œuvré en accord avec les droits d’utilisation des auteurs et illustrateurs et pour chacun des ouvrages nous avons négocié les droits et sommes parvenus à un accord pour 26 d’entre eux.

Kamishibai-2

La traduction

Chacun des 26 albums jeunesse a été traduit en breton en 3 niveaux de langage afin de pouvoir les utiliser auprès d’enfants de différents niveaux : traduction intégrale, traduction pour élèves ayant un petit niveau de breton, traduction pour des élèves débutants en breton.

Financement du projet

En 2013, nous avons répondu à un appel à projet de l’association « AR REDADEG » qui oeuvre pour la promotion du breton et nous avons obtenu le premier prix, à savoir une subvention de 12 270 euros.
An Oaled, porteur du projet, s’est investi à hauteur de 5300 € dans ce projet. Le complément a été apporté par le Conseil Départemental du Finistère (à hauteur de 3000€) et du Conseil Régional de Bretagne (à hauteur de 1500€).

Kamishibai-3